Euthanasie, soins palliatifs, deuil

Règles du forum
Il est interdit par la loi de citer le nom d'un vétérinaire ou d'une clinique sur un forum public.
Vous pouvez en revanche citer les noms de marques et de médicaments librement.

Re: Euthanasie, soins palliatifs, deuil

Messagepar flockyogi » 10 Mar 2010, 10:54

Pour la question de la compétence des vétérinaires, je pense que s'ils ne le sont pas dans un certain domaine, la moindre des choses est de le dire! La chose la plus importante que j'ai apprise avec Marguerite...c'est que mon lapin était un NAC! Je vous assure, j'avais l'image des furets et autres serpents, mais pas du lapin, et bien que tous aient déjà vécu plus ou moins à la marguerite, là c'était la révélation. Je dis ça parce qu'avec l'énorme boule que Yogi avait au cou, j'ai vu 3 vétérinaires, désespérée de la voir autant grossir. Tous me répondaient, la prochaine étape est de le piquer, quand vous verrez que ça le gêne trop.

Puis j'ai appelé une vétérinaire qui se déplaçait à domicile, ce fut la révélation, alors que je m'attendais à une euthanasie, ce que je voulais puisque la boule avait atteint une taille indécente, elle m'annonce qu'on peut tenter l'opération malgré ses 10 ans pour lui offrir une fin de vie avec une belle qualité de vie, si ça marche.

Elle m'a aussi précisé qu'elle avait le gaz pour les anesthésies et des lampes infra-rouges dans un lieu spécial pour le réveil, qui est très surveillé. J'ai cru rêver, je n'en avais jamais entendu parler. Et là, elle me dit qu'elle ne comprend pas pourquoi les vétérinaires précédents, qui savent qu'elle existe et qu'elle s'y connaît en NAC, ne nous ont pas re-dirigé vers elle! Ca m'a choquée!

Ce fut une superbe réussite grâce à la rencontre de cette vétérinaire et de sa partenaire, qui maintenant suit mes deux lapins. Cette vétérinaire a deux photos de Yogi sur son bureau, qui ne la quittent jamais. Yogi a vécu encore 1 an et demi dans une forme incroyable et après son départ, elle m'a envoyé une carte très touchante.

Le jour où Yogi a commencé à souffrir, ça a commencé à minuit un vendredi soir de vacances (des vétérinaires), moi je rentrais d'une journée de boulot à Paris, donc très fatiguée, mon copain était parti la veille à l'autre bout du monde pendant un mois. Nous qui rêvions que la même vétérinaire vienne à domicile!
Je me suis fait envoyer balader par le véto de garde j'ai donc attendu 10h30 qu'un vétérinaire veuille bien m'accueillir dans son cabinet.
Elle ne m'a pas dit de l'euthanasier, d'ailleurs aucun vétérinaire ne me l'a conseillé pour mes animaux, ils m'ont seulement parlé des possibilités car ils ne décident jamais à votre place. Mais à chaque fois que je l'ai décidé, ils m'ont dit ensuite que c'était juste, que c'était vraiment le moment.
Elle a admis très clairement qu'elle n'était pas NAC. Et c'est ça que j'ai trouvé honnête de sa part, avec son côté très humain, elle a malgré tout réussi à me rassurer. Elle m'a dit qu'elle pouvait toujours essayer un traitement lourd à la cortisone, mais c'était aléatoire et en début du week-end avec personne en cas d'aggravation.

J'ai donc décidé l'euthanasie, elle l'a fait puis a mis Yogi dans mes bras et m'a laissée seule dans la pièce, repassant de temps en temps. Elle a du y mettre la dose, son coeur était celui d'un jeune premier, et ça m'a beaucoup choquée de prendre cette décision alors que son coeur résistait autant, c'était très dur, je m'en voulais.
Mais quand je repense à la souffrance de toute cette nuit, à ses 11 ans et demi et à son état, il n'aurait jamais pu continuer. Physiquement peut-être, mais moralement c'était indécent. Pourtant il s'est battu, accroché. Ce n'était pas une raison pour m'accrocher moi avec des traitements quelconques, sachant que la situation était grave. Cette vétérinaire non NAC a été formidable, je n'oublierai jamais sa compréhension dans ce moment difficile.

J'ai vécu les soins palliatifs pour des proches humains, deux fois, mais ils en bénéficiaient parce qu'ils étaient condamnés et qu'ils ne pouvaient pas prendre la décision que l'on peut prendre avec nos animaux. C'était donc un soulagement très relatif en attendant le moment, mais je dis bien très relatif. Les souffrances étaient malgré tout insupportables et ils avaient envie de partir bien avant, malgré les enfants et une épouse aimante. C'est pour cette raison que du moment qu'il y a souffrance, dans une situation qui a peu de chances de s'améliorer, j'estime que la preuve d'amour que je peux donner à mes animaux, c'est bien le luxe de l'euthanasie plutôt que de les maintenir dans une qualité de vie amoindrie. Mais bien sûr, chacun aura son avis différent à ce propos.
________________
Hanja, Gaston & Jerry
Avatar de l’utilisateur
flockyogi
 
Messages: 479
Enregistré le: 02 Déc 2009, 15:36
Localisation: Suisse (Morges et Neuchâtel)

Re: Euthanasie, soins palliatifs, deuil

Messagepar toto » 10 Mar 2010, 12:47

Il faut que je vous raconte la triste fin de mon Charly, cela m'aidera peut-être à exorciser ma peine d'en parler.


Tout a commencé avec lui par des anorexies et des crises de coliques. Je suis allée chez le vétérinaire qui s'occupait des chiens et des chats de mes parents et qui a une très bonne réputation (mon ancien vétérinaire nac étant partit professer aux USA).



Il tout d'abord donné un traitement homéopathique (du pipeau) puis est passé bien longtemps après au traitement allopathique soit primpéran, huile de paraffine, buscopan compositum (pour les spasmes). Charly avait des hauts et des bas. Puis les bas sont devenus de plus en plus fréquents. Il m'a alors proposé de faire un transit et une échographie pour voir ce qu'il avait exactement.

Ce jour fut un jour d'horreur (un mardi). Je suis arrivée chez lui à 8 heures du matin, on lui a fait avaler le produit de contraste et toutes les heures on lui a fait des radios. C'était un lapin hyper stressé de nature et le vétérinaire le manipulait sans douceur pour les radios. On lui en a fait 12 en tout + l'échographie. Il était à jeun.... Les examens ont révélé des ulcères à l'estomac et à l'intestin ainsi qu'une boule de poils et d'aliments dans l'estomac. Il m'a prescrit un traitement (tagamet en piqûre je précise car les piqûres lui faisaient horriblement mal, huile de parafine, motilium et anti-spasmodique). De retour à la maison, il a uriné du sang. Je suis retournée chez lui et il a fait une piqûre d'anti-coagulant me disant que la vessie avait sûrement subi des lésions durant les manipulations. J'étais perdue à ce moment là.



Il a semblé aller mieux, il jouait et remangeait et faisait biens ses crottes jusqu'à ce terrible dimanche où en me levant, je l'ai vu tremblant et gémissant de douleur, tout froid. Je suis allée chez ce vétérinaire où il y a une garde et suis tombée sur une vétérinaire symbole de je m'en foutisme. Elle lui a fait une piqûre de cortisone (je l'ai appris après) comme anti-douleur et pour le forcer à manger sans l'ausculter juste en regardant sur l'ordi le dossier. Je suis rentrée à la maison, cela ne passait pas. J'y suis retournée une deuxième fois, elle a fait des piqûres d'homéopathie !!!!!! Tout en me disant que mon lapin était hyper-médicamenté et qu'il fallait attendre, ne plus la déranger et elle m'a donné une piqûre de cortisone pour lui faire le lendemain aucun conseil, rien. Il souffrait de plus en plus...



A 20 heures j'ai appelé un vétérinaire de garde qui à 20h15 était chez moi. Il a ausculté mon tout petit, lui a pris la température (il était en hypothermie) et m'a dit Madame, je pense que votre petit lapin souffre, qu'il va falloir prendre une décision, je sens des boules jusqu'au bout de l'intestin. Même très faible lorsque le vétérinaire le palpait, Charly criait. Je pleurais, ne sachant que dire, il m'a dit qu'il voulait bien tenter une opération pour voir "ce qui se passait à l'intérieur" et s'il n'y avait rien à faire qu'il le laisserait partir dans l'anesthésie. Nous avons dit non avec mon compagnon et il a d'abord fait une piqûre pour l'endormir avant de faire la piqûre fatale. Il ne s'endormait pas, il a dû mettre plusieurs doses. Il s'est finalement endormi dans mes bras, le vétérinaire attendait que je fasse mes adieux dans sa voiture. Mon Charly était tout mouillé de mes larmes. Il est mort dans mes bras et est enterré dans mon jardin.



Comme je vois comment il a été pris en charge par le premier vétérinaire, j'ai le coeur rempli d'amertume et de colère. Et je pense que c'est cela qui m'empêche de faire mon deuil. J'aurais dû voir un autre vétérinaire et ne pas lui faire confiance aveuglément sous prétexte qu'il était réputé et avait sauvé le chien de mes parents



En fait c'est tout cela qui me fait culpabiliser et maintenant je vis dans la crainte de revivre la même chose. Je revois sans cesse le mardi de l'examen où mon Charly était terrifié, je revois le jour de sa mort et je ne vois plus les belles choses que nous avons vécu ensemble. Ces deux journées semblent avoir tout occulté.
Avatar de l’utilisateur
toto
Conseiller
 
Messages: 10374
Enregistré le: 08 Nov 2009, 12:05
Localisation: Verviers / Belgique

Re: Euthanasie, soins palliatifs, deuil

Messagepar flockyogi » 10 Mar 2010, 13:59

Oui c'est pour ça que je parlais de l'incompétence des vétérinaires, mais qu'ils l'admettent! Il n'y a pas de mal, on n'attend pas d'eux qu'ils soient des dieux.

Celle qui a endormi Yogi me l'avait dit pour m'avertir que son diagnostic ne serait pas forcément le même que si j'avais vu ma NAC. J'ai trouvé ça très sincère, j'ai eu complètement confiance dans le sens où à partir de là, je savais qu'elle ne ferait pas des trucs au-dessus de ses compétences ou me raconterait des bêtises.

Toto, c'est dur j'ai vécu la même chose, Yogi a quasiment reçu la dose d'un petit chien (plusieurs doses aussi) et dans ces moments tu te dis que tu es en train de le tuer, si son coeur tient aussi bien! Ce qui m'avait choqué c'est que pour mon chien, ça avait pris du genre 10 secondes, la première piqûre "anesthésiante" comme celle de Yogi ou il s'endort comme avant une opération et ne sent plus rien, puis la fatale, où là en quelques secondes son coeur s'est arrêté. Je crois que la différence est que chez le lapin ce n'est pas une intraveineuse (arf je n'en sais rien sur ces trucs médicaux, mais elle m'a raconté un truc du genre quand elle me voyait choquée que Yogi ne parte pas rapidement), donc ça prend du temps pour que ça atteigne le coeur.

L'essentiel, malgré la longueur du départ, c'est qu'il n'ait pas souffert, quand il s'est endormi dans mes bras après la première piqûre, il n'a plus bougé après, je sentais juste son coeur ralentir, mais ça a pris un temps interminable. Ce qui m'a fait le plus mal, c'est que monsieur flockyogi était loin, il m'envoyait des sms et je lui répondais où Yogi en était, il retenait ses larmes à des milliers de kilomètres pour garder la face devant les autres. C'était le pire, parce que tous les deux, c'étaient un peu les meilleurs amis du monde! Et juste avant de partir pour son voyage, je l'avais vu caresser Yogi en lui disant "Tu m'attends hein?"
Mais je sais aussi que monsieur flockyogi n'a jamais voulu qu'il souffre, il m'a dit que j'avais bien fait de décider tout de suite de l'euthanasie, il n'aurait pas supporté qu'il souffre une seule heure de plus!

Il faut donc essayer de s'accrocher à ces points rassurants, même si c'est moins évident dans ta situation car tu as vraiment eu à faire à un incompétent et inhumain. Moi, c'était plutôt une accumulation de malchance, mais la vétérinaire était non nac mais géniale. Et tous ces éléments positifs dans le malheur m'ont aidée à faire rapidement mon deuil et vu son âge avancé, je ne pouvais que bien accepter son départ, même s'il me manque!

Ce qui n'est pas le cas de ceux que j'avais eu avant, pendant mon adolescence et jusqu'à ce que je connaisse les miennes, actuelles: deux de mes lapins ont été très mal traités voire brutalisés en consultation, par exemple une lapine à qui il avait arraché très brutalement tous les poils de l'arrière train à vif car elle avait une diarrhée, elle en saignait et se débattait. Il m'a engueulée pour me dire que je n'étais même pas foutue de la tenir. Plus tard, elle a eu une piqûre pour un soit-disant problème de poumons et elle est morte dans la nuit, étouffée car elle avait un mal fou à respirer. No comment, je suis écoeurée et bien contente d'avoir pu retrouver la confiance en ces nouvelles personnes.
________________
Hanja, Gaston & Jerry
Avatar de l’utilisateur
flockyogi
 
Messages: 479
Enregistré le: 02 Déc 2009, 15:36
Localisation: Suisse (Morges et Neuchâtel)

Re: Euthanasie, soins palliatifs, deuil

Messagepar griotte » 10 Mar 2010, 14:29

Je crois que c'est cela qui "bloque" dans le processus de deuil, quand on ne peut que se dire que cela aurait pu se passer autrement, que cela aurait être autrement. Cela reste une révolte, comme devant la souffrance d'un enfant.
Il me semble que ce que tu peux essayer de faire , Toto, c'est de penser que, toi, toi tu as fait pour le mieux dans la situation où tu étais , que ta volonté était de faire pour le mieux et que tu aurais tout tenté pour que cela se passe différemment.

On est très démuni face à un véto - ou un médecin - qui dit qu'il sait ; on n'est ni véto, ni médecin, on est juste un patient ou un accompagnant. Après, quand on en sait un peu plus, on peut oser dire "mais ne pensez-vous pas que .... ne peut-on tenter ceci ou cela " ou faire le choix d'aller ailleurs - quand c'est possible, et ce ne l'est pas toujours , dans l'urgence.

Mais, toi, tu as fait de ton mieux, avec amour. Il faudrait, de ces jours-là, essayer de retenir cela.

Et que maintenant, il ne souffre plus et est en paix. Et que s'il revenait et se souvenait, il se souviendrait des beaux jours partagés, pas de ces jours-là ; un peu comme quand on est convalescent, on oublie vite finalement les mauvais moments, les traitements pénibles, car ce n'est pas leur souvenir qui nous aide, mais celui de toutes les bonnes et belles choses qu'on a vécues.

Et puis aussi que ces jours-là, cela n'arriverait plus, plus comme ça, parce que tu agirais avec le même amour, mais aussi avec l'expérience de ce que tu as vécu pour Charly.
Avatar de l’utilisateur
griotte
 
Messages: 44
Enregistré le: 01 Déc 2009, 19:50

Re: Euthanasie, soins palliatifs, deuil

Messagepar Charrch » 10 Mar 2010, 14:35

C'est tout à fait ça Griotte!


Parfois, on culpabilise après coup, une fois qu'on a compris "où on a échoué" (si tant est qu'on puisse le tourner comme ça).

Or c'est aussi important de se rappeler qu'au moment où on prend une décision, on la prend avec les infos qu'on a à ce moment là.



Si on s'est trompé, ce qui est important, c'est d'en tirer une leçon pour l'avenir. Mais on ne devrait pas s'en vouloir pour le passé, car on ne disposait pas, alors, de toutes les infos. Ce qu'on savait à ce moment là nous a conduit à faire le meilleur choix compte tenu des circonstances. C'est impossible de faire mieux que ça.
***
Cobaye Aventure, Site d'information sur le cobaye
Ze Über Petit Blog, mon Blog BD
Avatar de l’utilisateur
Charrch
Administrateur du site
 
Messages: 1864
Enregistré le: 08 Nov 2009, 12:05
Localisation: Isère (38)

Re: Euthanasie, soins palliatifs, deuil

Messagepar Gribouille » 10 Mar 2010, 14:56

Nos expériences en la matière sont diverses, uniques et ne se comparent pas. Mais Charly a quand même eu la chance de partir dans tes bras, sans douleur: tu as eu la possibilité de la libérer de sa douleur.
Dernière édition par Gribouille le 28 Fév 2016, 09:30, édité 1 fois.
Tibulle et Olympe (lapins)
Allegri et Palestrina (calopsittes), Uranie (pionus chalcopterus)

http://comportementdulapin.com
http://quietudelapinesque.tumblr.com
http://plumedeperrok.tumblr.com
Avatar de l’utilisateur
Gribouille
 
Messages: 3058
Enregistré le: 19 Jan 2010, 10:57

Re: Euthanasie, soins palliatifs, deuil

Messagepar Pascalou » 10 Mar 2010, 15:08

J'allais avant chez un vétérinaire sur Montpellier, je le croyais bien, j'y amenais ma feu Bunny et mes cochons d'inde.
Quand Praline, une de mes péruvienne a eu son accident en liberté, feu Ambroise lui crève l'oeil, je veux consulter en urgence chez mon soit-disant vétérinaire (ce n'est plus mon vétérinaire, je n'y mets plus les pieds dans sa clinique) on me dit que je ne peux pas venir, qu'un cochon d'inde n'est pas une urgence et devenir acheter le gel pour les yeux, c'était un samedi matin.
Comme je suis c**, je vais acheter le gel pour les yeux, je précise bien qu'elle a l'oeil crevé, le vétérinaire me vend le gel et je repars chez moi. Le lundi, je décide de l'amener chez un autre vétérinaire qui oublie de lui donner un anti-douleur, qui me vend un collyre antibiotique et un collyre pour réparer (il y avait rien à réparer, il avait un abcès).
Sur un forum de lapin, on me donne le téléphone des spé nac de Toulouse et j'appelle et le vétérinaire bien gentil au téléphone me dit comment se passe une énucléation et que j'avais une semaine pour la faire, la vétérinaire du lundi avait déjà programmé une énucléation le jeudi, mais elle n'avait jamais pratiqué une énucléation sur un cochon d'indeet m'avait parlé d'un risque élevé de la perdre d'un arrêt cardiaque.
Suite à ce que m'a dit le docteur de Toulouse, j'ai annulé l'opération de Montpellier et je suis allée le samedi faire l'énucléation à Toulouse et j'ai bien fait elle a fait un arrêt cardiaque et elle a été réanimée avec succès.
Pour revenir au vétérinaire incompétent, j'y suis retournée le voir avec Praline qui avait été énuclée pour lui faire voir, j'avais l'autorisation du dr B, que je pouvais la sortir, le docteur de Montpellier ne voulait pas venir me parler et j'ai insisté en disant que je resterais tant qu'il ne viendrait pas.
Donc il est venu me parler et je lui ai dit c'est une honte de pas vouloir recevoir en consultation en urgence et de vendre un gel pour les yeux sans voir l'animal, je lui dis que j'avais dit qu'elle avait l'oeil crevé quand j'avais téléphoné et on m'a dit de passer acheter une crème, et il me répond : " la secrétaire a du mal comprendre".
Je lui montre Praline, qu'elle n'a plus d'oeil avec la facture de l'opération et vous savez ce qu'il me répond : qu'il aurait pu faire aussi bien l'opération et pour moins cher".
J'aurais du me rendre compte que quelque chose clochait avec ce vétérinaire, pour la paralysie de Bunny, je voulais acheter une crème dermaflon pour éviter les escarres et il n'a pas voulu m'en vendre, il m'a dit s'est pas la peine, il faut l'euthanasier.
Je suis allée l'acheter dans une pharmacie cette crème.
Je n'ai jamais remis les pieds dans cette clinique.

J'ai fait du hors sujet, je suis désolée mais comme vous parliez des vétérinaires incompétents, je me suis permise de parler de quelque chose qui m'a choqué de ne pas vouloir recevoir un cochon d'inde ou un lapin en urgence.
Avatar de l’utilisateur
Pascalou
 
Messages: 911
Enregistré le: 20 Jan 2010, 12:58

Re: Euthanasie, soins palliatifs, deuil

Messagepar Sandrine » 10 Mar 2010, 15:42

En fait, comme nous sommes responsables du choix du véto, nous nous sentons très vite coupables quand les choses se passent mal. Mais nous ne sommes pas responsables des mauvais gestes et des ignorances des vétos... Enfin, facile à dire!

Vos interventions à toutes sont particulièrement intéressantes pour moi. Elles me touchent et me bouleversent, pourtant je n'ai que très peu été confronté à la perte d'un animal, pour la simple et bonne raison que Gama et Zazu sont mes premiers animaux.

Enfant, je n'ai jamais eu aucun animal de compagnie, même pas un hamster. J'ai pu toutefois être très proche du chien de mes grands-parents, Snoopy. Celui-ci est parti à l'âge de 7 ans, je devais avoir 13 ou 14 ans. Le pire deuil de ma vie, je crois, devant les humains perdus.

On m'a fait croire des années qu'il s'était enfui et fait renversé par une voiture. Je sentais que ce n'était pas très net, comme explication, je sentais autre chose... et pour cause, j'ai appris l'année dernière juste après le décès de mon grand-père que celui-ci était allé le faire "piquer" comme disent les gens de ma famille, car il était devenu mordeur et qu'ils avaient peur d'un accident.
Il y a plus de 20 ans, on ne parlait pas d'éducation canine, et il a été très mal éduqué par mes grand-parents, il était complètement dominant.

Mes grands-parents me gardaient après l'école et le dernier soir en disant au revoir à Snoopy avant de rentrer chez moi, j'ai senti comme un message de sa part. Je lui ai dit un au revoir particulier comme si c'était la dernière fois que je le voyais... et ça a été le cas. Je suis certaine qu'il savait et je suis certaine qu'il m'a "parlé" ce jour-là. Je m'en suis toujours voulu de ne pas l'avoir compris à ce moment-là pour le sauver...
A cette époque, je le considérais comme mon seul véritable ami. Je l'ai pleuré des années.
Toto, pour avoir traîné ma peine des années, je peux comprends que ton chagrin soit encore si présent, et je te souhaite beaucoup de courage, même si les mots réconfortants me manquent...

D'autre part, je suis bénévole au Sanctuaire des Hérissons et cette année pour la première fois, j'ai perdu 2 hérissons, dont un bébé qui a attendu que je rentre du travail pour partir dans mes mains.
Je ne raconterai pas le calvaire de l'agonie du premier, qui a eu lieu le week-end du 14 Juillet dernier, comme toi Gribouille...
Perdre un hérisson, ne pas réussir à le sauver, c'est terrible, mais si j'aime tous ceux qui passent à la maison, ils n'ont pas vocation à rester chez moi, ils doivent retrouvé leur liberté et c'est là que se situe le combat. Chaque perte est terrible affectivement, mais aussi pour la survie de l'espèce. Par contre, comme il n'y a que très peu de souvenirs de vie partagée, l'approche de ce deuil est un peu différente, je crois...

Aujourd'hui, même si ça fait partie du "jeu" de l'adoption, je redoute énormément le jour ou l'un de mes 2 lapinoux s'en ira. Je leur ai fait la promesse de ne pas les laisser souffrir et de me battre pour eux. J'espère que les circonstances futures me permettront de tenir mon engagement.

Tout ça pour vous raconter ma petite histoire sans grand intérêt, mais vos témoignages m'aide à me préparer au pire, même si je sais que la souffrance sera insupportable à ce moment-là.
Image
"Souris puisque c'est grave, seules les plaisanteries doivent se faire dans le plus grand sérieux."
Avatar de l’utilisateur
Sandrine
 
Messages: 187
Enregistré le: 02 Déc 2009, 20:07

Re: Euthanasie, soins palliatifs, deuil

Messagepar toto » 10 Mar 2010, 18:52

Merci de votre soutien :lov6: .


Le pire dans tout cela c'est que j'ai perdu toute confiance dans les vétérinaires. Je vous avoue que j'ai été terriblement marquée.



Dans notre région, nous sommes totalement dépourvus de vétérinaires spécialistes NAC, il faut faire 200 à 300 km aller-retour pour trouver un vétérinaire plus ou moins capable. Vous vous imaginer la distance à parcourir avec un animal très malade ou agonisant. C'est quasi impossible. De plus n'ayant pas de permis je dépend totalement d'une tierce personne.



Vous comprenez mon angoisse.



Plus je me renseigne, plus j'étudie, plus je me rends compte des manquements qu'il y a eu pour mes lapins. Et étant d'un naturel timide, je me vois mal donner des conseils à un vétérinaire et pourtant, j'en emmagasine des traitements, je note tout.
Avatar de l’utilisateur
toto
Conseiller
 
Messages: 10374
Enregistré le: 08 Nov 2009, 12:05
Localisation: Verviers / Belgique

Re: Euthanasie, soins palliatifs, deuil

Messagepar Lilith » 10 Mar 2010, 19:07

Pascalou a écrit:J'allais avant chez un vétérinaire sur Montpellier, je le croyais bien, j'y amenais ma feu Bunny et mes cochons d'inde.
Quand Praline, une de mes péruvienne a eu son accident en liberté, feu Ambroise lui crève l'oeil, je veux consulter en urgence chez mon soit-disant vétérinaire (ce n'est plus mon vétérinaire, je n'y mets plus les pieds dans sa clinique) on me dit que je ne peux pas venir, qu'un cochon d'inde n'est pas une urgence et devenir acheter le gel pour les yeux, c'était un samedi matin.
Comme je suis c**, je vais acheter le gel pour les yeux, je précise bien qu'elle a l'oeil crevé, le vétérinaire me vend le gel et je repars chez moi. Le lundi, je décide de l'amener chez un autre vétérinaire qui oublie de lui donner un anti-douleur, qui me vend un collyre antibiotique et un collyre pour réparer (il y avait rien à réparer, il avait un abcès).
Sur un forum de lapin, on me donne le téléphone des spé nac de Toulouse et j'appelle et le vétérinaire bien gentil au téléphone me dit comment se passe une énucléation et que j'avais une semaine pour la faire, la vétérinaire du lundi avait déjà programmé une énucléation le jeudi, mais elle n'avait jamais pratiqué une énucléation sur un cochon d'indeet m'avait parlé d'un risque élevé de la perdre d'un arrêt cardiaque.
Suite à ce que m'a dit le docteur de Toulouse, j'ai annulé l'opération de Montpellier et je suis allée le samedi faire l'énucléation à Toulouse et j'ai bien fait elle a fait un arrêt cardiaque et elle a été réanimée avec succès.
Pour revenir au vétérinaire incompétent, j'y suis retournée le voir avec Praline qui avait été énuclée pour lui faire voir, j'avais l'autorisation du dr B, que je pouvais la sortir, le docteur de Montpellier ne voulait pas venir me parler et j'ai insisté en disant que je resterais tant qu'il ne viendrait pas.
Donc il est venu me parler et je lui ai dit c'est une honte de pas vouloir recevoir en consultation en urgence et de vendre un gel pour les yeux sans voir l'animal, je lui dis que j'avais dit qu'elle avait l'oeil crevé quand j'avais téléphoné et on m'a dit de passer acheter une crème, et il me répond : " la secrétaire a du mal comprendre".
Je lui montre Praline, qu'elle n'a plus d'oeil avec la facture de l'opération et vous savez ce qu'il me répond : qu'il aurait pu faire aussi bien l'opération et pour moins cher".
J'aurais du me rendre compte que quelque chose clochait avec ce vétérinaire, pour la paralysie de Bunny, je voulais acheter une crème dermaflon pour éviter les escarres et il n'a pas voulu m'en vendre, il m'a dit s'est pas la peine, il faut l'euthanasier.
Je suis allée l'acheter dans une pharmacie cette crème.
Je n'ai jamais remis les pieds dans cette clinique.

J'ai fait du hors sujet, je suis désolée mais comme vous parliez des vétérinaires incompétents, je me suis permise de parler de quelque chose qui m'a choqué de ne pas vouloir recevoir un cochon d'inde ou un lapin en urgence.




Affligeante cette histoire!!



Notre vétérinaire n'est pas NAC mais la clinique où elle exerce a accepté de prendre en urgence notre souris!!! La taille de l'animal ne fait pas la valeur de sa vie!!



(Je sais... je prêche des converties...)
Lilith

Lilo Passe-Muraille et P'titbout suiveur complice.
Diego, chat qui se prend pour un lapin.

Toki et Eve, mon premier couple de lapins réunis au pays de l'arc-en-ciel. <3

Vous êtes sur un forum d'entraide et de partage. Pourquoi ne pas rester un peu parmi nous après avoir obtenu la réponse à votre question pour partager à votre tour votre expérience?

N'achetez pas! Adoptez!
Avatar de l’utilisateur
Lilith
Conseiller
 
Messages: 5684
Enregistré le: 18 Nov 2009, 14:55
Localisation: Montrouge (92)

Re: Euthanasie, soins palliatifs, deuil

Messagepar Swallikorn » 10 Mar 2010, 19:10

Concernant les vétos, je vais vous parler avec mon expérience "en coulisse"...

Un véto reste un homme, avec ces connaissances et ces faiblesses. Je suis d'accord, ça n'excuse pas tout. Mais la formation en ce qui concerne les NACs est tellement lacunaire que c'est déjà un miracle qu'il y ait des spécialistes !!! Pour vous dire, sur 5ans d'études, j'ai eu une semaine de cours sur le NACs, reptiles et oiseaux compris... Donc vous voyez comme la situation est catastrophique.

Les vétos apprennent sur le tas, avec d'autres spécialistes ou en se documentant. Mais pour ça, faut de la volonté et une sacré dose de motivation, surtout après 5-6 ans d'études ! Et certains vétos n'ont pas envie de se remettre en question... Pour ceux-là, je n'ai vraiment pas d'excuses... Il faut pouvoir admettre qu'on ne sait pas...

On doit savoir soigner une dizaine d'espèces animales... Rien que chez les NACs mammifères, il y a plus de 10 espèces à soigner, avec chacune son alimentations, ces prédispositions et ses pathologies spécifiques.

Je ne dis pas ça pour excuser les vétos qui font n'importe quoi. Et il y en a je vous l'accorde.

Ce que je veux dire, c'est que c'est aussi à VOUS de faire avancer votre véto. S'il ne sait pas, c'est à vous de lui proposer des pistes...
Le véto qui suit actuellement mes lapins n'est pas spé NAC mais il s'y intéresse. Quand je lui parle d'un nouveau traitement ou autre, il écoute et se renseigne.

Faut juste trouver un véto à l'écoute et capable de se remettre en question... Mais je vous avoue que c'est pas facile, surtout quand on a des clients qui regardent tout et n'importe quoi sur internet et qui "pensent" tout savoir. Parfois c'est le cas, mais souvent c'est un peu des conneries !!!
Avatar de l’utilisateur
Swallikorn
Conseiller
 
Messages: 2670
Enregistré le: 09 Nov 2009, 06:13
Localisation: Suisse

Re: Euthanasie, soins palliatifs, deuil

Messagepar lapounie » 11 Mar 2010, 04:19

Swalli, merci pour ces post et ces infos! Je vais commander ces 2 ouvrages, sûrement très précieux. Ma Kung Fu Fu a 7 ans et demie, et même esi elle est en parfaite forme, il faut que je songe qu'elle n'en est plus au début de sa vie....
Aimer les lapins , c'est aimer la vie
Avatar de l’utilisateur
lapounie
 
Messages: 599
Enregistré le: 09 Nov 2009, 03:48
Localisation: Saint-Raphaël(83)

Re: Euthanasie, soins palliatifs, deuil

Messagepar Charrch » 11 Mar 2010, 09:47

C'est vrai que le véto de Swalli (et le mien, héhéhé); il est très ouvert à la discussion, comme mon ancien véto, c'est agréable car on peut apprendre ensemble.
Comme dit Swalli, nous avons aussi un rôle actif dans l'évolution du traitement des NACs.
***
Cobaye Aventure, Site d'information sur le cobaye
Ze Über Petit Blog, mon Blog BD
Avatar de l’utilisateur
Charrch
Administrateur du site
 
Messages: 1864
Enregistré le: 08 Nov 2009, 12:05
Localisation: Isère (38)

Re: Euthanasie, soins palliatifs, deuil

Messagepar Chaya » 12 Mar 2010, 18:05

Je vais aussi vous raconter ma petite expérience personnelle... Je n'ai pas encore lu tous vos témoignages... je vais le faire, mais il est vrai que c'est tellement touchant, tellement chargé d'émotions, que je ne peux pas lire tout d'un coup.

Pour mes animaux, j'ai eu 5 cochons d'inde et 3 perruches. J'ai également vécu avec 3 rats (deux étaient à mon frère, un à mon conjoint).
Sur les 5 cochons d'inde, 2 sont mortes des vieillesse, 1 avait une tumeur (puis des métastases) et 2 sont décédées peu après leur arrivée chez moi (l'une est morte dans la nuit sans qu'on ait remarqué une maladie/anomalie), l'autre, arrivée en même temps, est morte après 1 semaines de suivie vétérinaire. Donc sur les 5, deux (Susi et Kaya) ont eu la mort que je souhaite à tous les animaux, 1 (Bonnie) est partie sans que j'ai le choix de la faire euthanasier ou pas et pour les deux autres, c'était un peu plus compliqué...
Pour Zora, celle qui a développé une tumeur, j'ai consulté ma véto de l'époque parce que Zora avait une grosse boule sur le côté. La vétérinaire a fait des radios (différentes perspectives) qu'elle m'a montré et dont elle a discuté avec moi. Les radios montraient une grosse masse qui semblait (sans en avoir la certitude), attachée aux côtes de Zora. La vétérinaire a été très humaines dans ses propos et m'a dit qu'elle peut essayer d'opérer, sachant que vu l'âge de ma Zora et la forte probabilité que la masse soit attachée aux os, il était assez probable qu'ils ne vont pas la "réveiller". Etant donné la situation (âge, risques etc) et le fait que Zora allait bien autrement, j'ai pris la décision de la laisser tranquille, de profiter au maximum du temps qui lui restait avec elle et de surveiller sa qualité de vie tant que je pouvais... peu après des petites boules sont apparues sur sa tête... j'ose espérer qu'elle a encore été heureuse quelques semaines depuis la visité véto, puis est venu le moment où ça n'allait plus... j'ai donc pris la décision, en consultation avec ma véto, de la faire euthanasier. Elle s'est endormie sous mes caresses... et c'était très important pour moi de l'accompagner jusqu'à sa dernière seconde de vie...
Pour Caline, c'était différent et le tout s'est passé beaucoup moins en "douceur"... je venais d'arriver dans la ville peu avant, je ne connaissais aucun vétérinaire et je pense que je ne suis pas tombée sur le bon avec Caline... néanmoins elle a reçu des médicaments pendant environ une semaine et un soir, elle a eu des crampes terrible, j'ai cru qu'elle allait mourir... nous nous sommes rendus chez une clinique qui faisait les urgences, je suis restée plusieurs heures avec ma petite Caline... le vétérinaire nous a reçu assez rapidement et lui a fait un traitement "de choc"... elle était vraiment mal et avait uriner sur la table de consultation... donc je suis restée des heures avec elle dans la salle d'attente en espérant que ce traitement fasse effet... mais malheureusement cela n'a pas été le cas... elle était couchée sur ma main et j'ai senti son cœur etc ralentir... puis elle s'est éteinte...

Pour les perruches :Ronnie a été suivi pour une maladie et est parti dans la nuit... Nicki est morte dans ma main (elle était malade aussi), et Pucki est décédé dans la nuit en mon absence, sans signe de maladie avant. Celle qui est morte dans ma main, c'est le premier animal qui est mort ainsi sous mes yeux, chez moi, sans rien pouvoir faire à part l'accompagner... c'était horrible. Et je m'en veux encore d'avoir été absente la nuit du départ de Pucki...

Pour les rats, celles de mon frère, sont décédées suite à des cancers, l'une a eu un cancer "externe" qui grossissait progressivement et l'autre, peu après, un cancer interne qui faisait qu'elle perdait et perdait du poids puis elle a commencé à saigner par les narines... pour les deux, elles ont été accompagnées par mon frère mais aussi le restant de la famille, jusqu'à ce qu'il a fallu les soulager et donc prendre la décision de l'euthanasie, mais c'est pas moi qui a pris la décision dans ces cas.

Pour le rat de mon conjoint, Kelly, elle a eu des problèmes pulmonaires et le traitement qu'elle a eu (antibiotiques et...) n'a pas fait d'effet... il a donc fallu la faire euthanasier aussi... c'était très dur pour mon ami qui tenait énormément à elle... c'est donc moi qui est restée avec Kelly pendant l'euthanasie. J'y tenais beaucoup aussi, et pour moi, il est important d'être avec l'animal jusqu'au bout (mais chacun a sa façon de vivre ces situations, et cela n'est en rien un reproche à mon ami!).

Et pour Lotte... je n'ai malheureusement pas eu le choix... pendant que j'ai appelé la clinique pour savoir quand ils ouvrent parce que Lotte tenait plus et je voulais qu'elle parte en douceur, elle est décédée... c'est vrai que la vétérinaire m'a proposé de faire une autopsie, mais sur le coup, je n'y voyais pas d'intérêt... cela me ramenait pas Lotte...
Maintenant, avec la lecture de ce poste, je vois l'utilité de l'autopsie... mais j'espère bien ne pas avoir à prendre cette décision une nouvelle fois avant bien long temps!

Pour ce qui est des vétérinaires en général, la clinique où ont été suivies mes deux dernières cochons d'inde, Zora et Kaya, ainsi que Kelly, avait toute ma confiance pour leur suivi. J'y suis aussi allée avec mes chiennes, mais suite à un incident, la vétérinaire a perdue ma confiance pour le suivi de mes chiennes... j'ai choisi de changer de vétérinaire pour leur suivi et elles sont maintenant chez la même vétérinaire que leurs parents et grands parents... au moins je sais que la vétérinaire connait la race et j'ai un retour d'expérience important. Néanmoins, j'ai du mal à faire confiance, mais je sais qu'en cas d'urgence, je peux compter sur eux (ex: torsion d'estomac) et c'est très rassurant pour moi. Et la vétérinaire a eu la franchise de me dire qu'elle ne s'y connait pas en lapin.
Pour mes lapins, je me rend compte que c'est vraiment compliqué et ça me fait peur... il y a un spécialiste NAC où je suis déjà allée et j'y retournerai certainement, mais la confiance n'y est pas... les deux fois où j'ai eu vraiment besoin d'aide, la clinique (pas ce vétérinaire, qui était malheureusement absent à chaque fois) a été une catastrophe à mes yeux... aussi bien sur le plan compétences de leur domaine que sur le plan humain. Puis il y a la clinique non spécialisée, mais où je suis en confiance, tant que je peux l'être en ce moment, et avec des vétérinaires qui ont toujours été très disponibles, ouverts et humains. Et ils sont prêts à s'informer, à écouter des suggestions etc. donc à apprendre... et à m'apprendre aussi.
Donc actuellement je dirais que mes lapins ont un généraliste et un spécialiste ;-)

Je viens de recevoir ma dernière commande de livres, "Quand l'animal s'en va" et "Nouveaux animaux de compagnie: petits mammifères" des Abreges vétérinaires... je suis curieuse de découvrir leur contenu...
Avatar de l’utilisateur
Chaya
 
Messages: 691
Enregistré le: 08 Jan 2010, 18:35

Re: Euthanasie, soins palliatifs, deuil

Messagepar Chaya » 12 Mar 2010, 18:45

Swallikorn a écrit:Concernant les vétos, je vais vous parler avec mon expérience "en coulisse"...

Un véto reste un homme, avec ces connaissances et ces faiblesses. Je suis d'accord, ça n'excuse pas tout. Mais la formation en ce qui concerne les NACs est tellement lacunaire que c'est déjà un miracle qu'il y ait des spécialistes !!! Pour vous dire, sur 5ans d'études, j'ai eu une semaine de cours sur le NACs, reptiles et oiseaux compris... Donc vous voyez comme la situation est catastrophique.

Les vétos apprennent sur le tas, avec d'autres spécialistes ou en se documentant. Mais pour ça, faut de la volonté et une sacré dose de motivation, surtout après 5-6 ans d'études ! Et certains vétos n'ont pas envie de se remettre en question... Pour ceux-là, je n'ai vraiment pas d'excuses... Il faut pouvoir admettre qu'on ne sait pas...

On doit savoir soigner une dizaine d'espèces animales... Rien que chez les NACs mammifères, il y a plus de 10 espèces à soigner, avec chacune son alimentations, ces prédispositions et ses pathologies spécifiques.

Je ne dis pas ça pour excuser les vétos qui font n'importe quoi. Et il y en a je vous l'accorde.

Ce que je veux dire, c'est que c'est aussi à VOUS de faire avancer votre véto. S'il ne sait pas, c'est à vous de lui proposer des pistes...
Le véto qui suit actuellement mes lapins n'est pas spé NAC mais il s'y intéresse. Quand je lui parle d'un nouveau traitement ou autre, il écoute et se renseigne.

Faut juste trouver un véto à l'écoute et capable de se remettre en question... Mais je vous avoue que c'est pas facile, surtout quand on a des clients qui regardent tout et n'importe quoi sur internet et qui "pensent" tout savoir. Parfois c'est le cas, mais souvent c'est un peu des conneries !!!


Swallikorn, un spécialiste NAC a combien d'heures/ semestres de cours sur les NACs?

Un vrai échange entre vétérinaire et "client" me parait effectivement très important, de l'écoute (des deux côtés), de la sincérité (indiquer ses compétences et limites), de l'intérêt et une volonté d'apprendre (des deux côtés)
et c'est ce qui me semble être le cas dans la clinique où je suis actuellement... avec des vétérinaires non spécialisés en NAC mais remplissant les autres "conditions" et on sent chez eux un vrai intérêt pour l'animal et son bien être. Et le côté humain et passion sont mis en avant devant le côté "commercial"...
Avatar de l’utilisateur
Chaya
 
Messages: 691
Enregistré le: 08 Jan 2010, 18:35

Re: Euthanasie, soins palliatifs, deuil

Messagepar Swallikorn » 12 Mar 2010, 18:52

Chaya a écrit:Swallikorn, un spécialiste NAC a combien d'heures/ semestres de cours sur les NACs?


Pas plus que ce que j'ai dis pour la simple et bonne raison qu'IL N'EXISTE PAS de formation pour les NACs !!!

Tous les vétos "spécialistes" le sont devenus en se formant eux-même... :roll:
Avatar de l’utilisateur
Swallikorn
Conseiller
 
Messages: 2670
Enregistré le: 09 Nov 2009, 06:13
Localisation: Suisse

Re: Euthanasie, soins palliatifs, deuil

Messagepar Pascalou » 12 Mar 2010, 19:15

Swallikorn a écrit:
Chaya a écrit:Swallikorn, un spécialiste NAC a combien d'heures/ semestres de cours sur les NACs?


Pas plus que ce que j'ai dis pour la simple et bonne raison qu'IL N'EXISTE PAS de formation pour les NACs !!!

Tous les vétos "spécialistes" le sont devenus en se formant eux-même... :roll:


Cela je le sais. Les deux exclus nac se forment sur le tas, par exemple ils ont l'habitude de faire des énucléations sur cochons d'inde et c'est pour cela que j'ai préféré aller dans leur clinique sur Toulouse, ma Praline avait plus de chance de s'en sortir qu'à Montpellier ou la vétérinaire n'avait jamais fait d'énucléation, je n'ai pas voulu que Praline sert de cobaye.
Surtout, quand j'ai dit que mon cochon d'inde serait opéré à l'injection et il m'a répondu qu'elle avait beaucoup de chance de mourir à l'opération, donc j'ai mis toutes les chances du côté de Praline.
De plus, il m'a expliqué qu'il fallait aussi enlever la glande derrière l'oeil du cochon d'inde, sinon cela allait pleurer tout le temps.
Je ne regrette pas mon choix.
Avatar de l’utilisateur
Pascalou
 
Messages: 911
Enregistré le: 20 Jan 2010, 12:58

Re: Euthanasie, soins palliatifs, deuil

Messagepar Chaya » 12 Mar 2010, 19:33

ah... merci pour l'information, Swallikorn. J'ai cru que c'était une spécialisation au cours des études, avec un diplôme universitaire...
c'est bon à savoir! Donc tous les vétérinaires peuvent se nommer "spécialiste NAC" s'ils le souhaitent?
Avatar de l’utilisateur
Chaya
 
Messages: 691
Enregistré le: 08 Jan 2010, 18:35

Re: Euthanasie, soins palliatifs, deuil

Messagepar Pascalou » 12 Mar 2010, 20:38

La clinique ou je vais ne fait que du nac, pas le chien et le chat. Donc pour moi, ils sont des exclus nac.
Avatar de l’utilisateur
Pascalou
 
Messages: 911
Enregistré le: 20 Jan 2010, 12:58

Re: Euthanasie, soins palliatifs, deuil

Messagepar Gribouille » 12 Mar 2010, 21:47

Swallikorn a écrit:
Chaya a écrit:Swallikorn, un spécialiste NAC a combien d'heures/ semestres de cours sur les NACs?


Pas plus que ce que j'ai dis pour la simple et bonne raison qu'IL N'EXISTE PAS de formation pour les NACs !!!

Tous les vétos "spécialistes" le sont devenus en se formant eux-même... :roll:


Mais aux states, il y a une spécialisation, non? Il me semble que mon véto s'est spécialisé aux Etats-Unis.

Et en France, maintenant, il n'y a pas de diplômes de spécialisation pour les plus jeunes vétos? Je croyais pourtant que si, en parlant avec les vétos de garde, récemment... :?

EDIT: arf! en effet, rien sur le site de maison alfort ni sur le site de l'ecvim-ca... J'ai dû rêver... C'est fou quand même la légerté de la formation des vétos en la matière... ça donne une idée de l'infini... Tout est donc à faire...
Tibulle et Olympe (lapins)
Allegri et Palestrina (calopsittes), Uranie (pionus chalcopterus)

http://comportementdulapin.com
http://quietudelapinesque.tumblr.com
http://plumedeperrok.tumblr.com
Avatar de l’utilisateur
Gribouille
 
Messages: 3058
Enregistré le: 19 Jan 2010, 10:57

PrécédenteSuivante

Retourner vers Santé

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron