Nos lapins et nous : notre relation

Re: Nos lapins et nous : notre relation

Messagepar Loubouba » 08 Nov 2015, 08:14

Higgins est une boule de poils pleins de tendresse, il a toujours été comme cela. Quand je l'ai choisi, il était dans les bras de son éleveuse et j'ai su qu'il serait affectueux. Il ne supporterait pas la compagnie d'un autre lapin, il veut être exclusif du coup. Il se laisse faire pour prendre des médicaments, bref c'est une crème. Il est né comme cela mon Higgins.
Bouba, mon lapin précédent, était plus indépendant. Il aimait les bisous mais il fallait arrêter au bout d'un moment. Il aimait la compagnie d'autres lapin.
Les lapins de ma soeur peuvent aussi être des exemples de différences de comportement avec la même éducation.
Api était un lapin adorable, c'était un gros nounours de lapin.
Louky, le lapin actuel de ma soeur est une terreur ! Il ne fait pas de bisous. Il commence à apprécier un peu les calinous mais il ne faut pas que ça dur ! Il a autre chose à faire !
Il est dominant à l'état pur.
Et pourtant, ils ont tous eu la même éducation, le même temps passé avec eux pour leur montrer à faire des bisous.
Bref, je pense que la personnalité et le caractère du lapin y fait pour beaucoup.
Si vous tombez sur un lapin dominant et têtu, vous pourrez faire ce que vous voudrez : c'est lui qui décidera si il veut faire un bisous ou pas....
Avatar de l’utilisateur
Loubouba
 
Messages: 1679
Enregistré le: 15 Avr 2010, 05:14
Localisation: Vosges

Re: Nos lapins et nous : notre relation

Messagepar gwen79 » 08 Nov 2015, 09:45

Vanille est une vraie femelle. Elle decide des moments tendresses. Jeune et seule ils etaient souvent acceptés. Puis une fois en couple elle est devenue plus distante preferant son copain à nous.
En vieillissant elle se laisse prendre facilement et c'est pratique quand lui nettoie l'arriere train.
Mais si elle veut pas de caresse elle se planque sous ses arbres à chat.

Zyppo etait tres peureux et tres calin. Toujours près à se faire caresser mais il ne prenait jamais l'initiative de demander un calin. Il etait perdu sans Vanille.

Zephyr est un vrai petit toutou. Il nous suit partout. Il s'interesse à nos activités. Il adore les calins et n'hesite pas à sauter sur nos genoux pour se faire caliner. Il aime aussi qu' on lui court apres dans le jardin, il fait des sauts de cabri et mime des fuites en cas de danger. Il le faisait avec sa copine Ebene. Vanille ne joue pas elle trop vieille lol

Ebene etait une grande boule de nerfs tres caline aussi. Elle sautait sur le canapé et mettait sa tete sur mes genoux pour avoir des caresses. Je devais prendre la decision de stopper car c'etait à l'infini avec elle..
Page Facebook Zéphyr,et Perla https://www.facebook.com/pages/Z%C3%A9p ... 3448001633



Vanille, Zyppo et Ebène mes lapins d'amour au paradis
Bénévole au service de garde aninounou/nounou lapins
Avatar de l’utilisateur
gwen79
Conseiller
 
Messages: 5338
Enregistré le: 02 Déc 2009, 08:47
Localisation: Gruissan (11)

Re: Nos lapins et nous : notre relation

Messagepar 3lapinoux » 08 Nov 2015, 10:32

Loubouba a écrit:Higgins est une boule de poils pleins de tendresse, il a toujours été comme cela. Quand je l'ai choisi, il était dans les bras de son éleveuse et j'ai su qu'il serait affectueux. Il ne supporterait pas la compagnie d'un autre lapin, il veut être exclusif du coup. Il se laisse faire pour prendre des médicaments, bref c'est une crème. Il est né comme cela mon Higgins.
Bouba, mon lapin précédent, était plus indépendant. Il aimait les bisous mais il fallait arrêter au bout d'un moment. Il aimait la compagnie d'autres lapin.
Les lapins de ma soeur peuvent aussi être des exemples de différences de comportement avec la même éducation.
Api était un lapin adorable, c'était un gros nounours de lapin.
Louky, le lapin actuel de ma soeur est une terreur ! Il ne fait pas de bisous. Il commence à apprécier un peu les calinous mais il ne faut pas que ça dur ! Il a autre chose à faire !
Il est dominant à l'état pur.
Et pourtant, ils ont tous eu la même éducation, le même temps passé avec eux pour leur montrer à faire des bisous.
Bref, je pense que la personnalité et le caractère du lapin y fait pour beaucoup.
Si vous tombez sur un lapin dominant et têtu, vous pourrez faire ce que vous voudrez : c'est lui qui décidera si il veut faire un bisous ou pas....



Loubouba j'ai un peu de mal à me dire qu'un lapin très affectueux (j'en ai eu un) ne puisse vivre avec ses congénères. Je pense que c'est plus un sentiment humain. Kiki était un lapin qui ne me lâchait pas non plus (il fesait tout pour être le lapin parfais et c'était le cas, un vrai pot de glue), j avoue avoir douté de la réussite d'une cohabitation avec une copine. Mais j'ai quand même voulu lui offrir la possibilité de vivre avec ses congénère. Et son comportement avec moi n'à pas changé il n'est pas pour autant devenu jaloux de tout le monde. Je crois (ça ne regarde que moi) qu'on ne peux pas dire lui il faut ça comme vie car j'ai cette relation ou tel chose avec lui.


Après je vais peut être choquer les esprits mais pour moi une relation avec son lapin ne peut être objectif qu'a partir du moment où il a vécu avec un congénère. On n'a pas d'éléments de comparaison de sa relation avec lui si il vit tout seul. Même si je pense que le lapin ne "ment" pas sur ses émotions vis à vis de nous son comportement est parfois faussé du à cette "solitude".
Avatar de l’utilisateur
3lapinoux
 
Messages: 1458
Enregistré le: 03 Déc 2009, 17:36
Localisation: Haute-Savoie

Re: Nos lapins et nous : notre relation

Messagepar Li-lou » 08 Nov 2015, 16:32

Je pense que lorsqu'un lapin ne peut vivre avec un congénère, c'est qu'on l'a habitué tout petit à vivre autrement.
Tous vos témoignages vont dans le sens du caractère du lapin, c'est intéressant :)
Mon site sur les lapins : http://www.li-lou.blog4ever.com
Mon livre :"Lapins en liberté totale : c'est possible" vendu sur Lulu et Amazon
Nounou pour Ani-nounou
Avatar de l’utilisateur
Li-lou
 
Messages: 3933
Enregistré le: 29 Juin 2014, 07:22
Localisation: Guéret

Re: Nos lapins et nous : notre relation

Messagepar toto » 08 Nov 2015, 20:02

A travers divers forums, j'ai pu lire aussi que des lapins s'épanouissaient curieusement au décès de leur congénères. Alors parfois, je ne puis m'empêcher de faire de l'anthropomorphisme en me disant : "ne choisit-on pas le partenaire de notre lapin(e) en fonction de nos goûts et non de celui de nos lapins". Dans la nature le lapin ou la lapine n'auraient-ils pas plus la possibilité de choisir leur garenne et de ce fait leurs compagnons de vie ou de partir créer ou choisir une autre garenne ?

En ce qui concerne le lapin "unique", je pense qu'il considère soit les humains soit les autres animaux comme leurs égaux. Personnellement, j'ai presque toujours eu des lapins uniques et jamais je n'ai pu constater un trouble du comportement ou que mes lapins aient été malheureux. Les troubles du comportement sont uniquement arrivés (pour Tommy) à la vieillesse où il était devenu un vrai pot-de-colle. Jeune, il s'épanouissait très bien avec nous sans développer un quelconque hyper attachement pareil pour mes autres lapins hormis ma petite Chloée que j'ai eu à même pas un mois et qui sur sa courte vie était tout à fait déboussolée.
Avatar de l’utilisateur
toto
Conseiller
 
Messages: 10374
Enregistré le: 08 Nov 2009, 12:05
Localisation: Verviers / Belgique

Re: Nos lapins et nous : notre relation

Messagepar Li-lou » 09 Nov 2015, 05:58

Je pense comme toi Toto, j'ai eu Fanny seule et elle m'a semblé heureuse chez nous. Par contre, ce que tu dis sur les décès est parfois vrai, parfois faux et donc je tenterai bien de dire comme toi que le lapin ne choisit pas sa compagne comme dans la nature et que ça peut jouer ou non sur le caractère fusionnel de leur relation.
Le décès de l'autre est de toute façon perturbant, c'est un changement.
Mon site sur les lapins : http://www.li-lou.blog4ever.com
Mon livre :"Lapins en liberté totale : c'est possible" vendu sur Lulu et Amazon
Nounou pour Ani-nounou
Avatar de l’utilisateur
Li-lou
 
Messages: 3933
Enregistré le: 29 Juin 2014, 07:22
Localisation: Guéret

Re: Nos lapins et nous : notre relation

Messagepar 3lapinoux » 09 Nov 2015, 07:10

Il ne faut pas confondre heureux et épanoui il y a une différence je ne dis pas qu'un lapin seul n'est pas heureux je dis juste que dans la très grande majorité des cas avoir un congénère près d'eux les rend épanoui.
Je le vois bien avec Balou avant après et il a eu trois compagne.
Avatar de l’utilisateur
3lapinoux
 
Messages: 1458
Enregistré le: 03 Déc 2009, 17:36
Localisation: Haute-Savoie

Re: Nos lapins et nous : notre relation

Messagepar Li-lou » 09 Nov 2015, 09:12

Oui, c'est vrai : Balou rejoint Yoshi au palmarès, hélas : 3 compagnes aussi, sauf que Yoshi a toujours sa 3ème.
Le terme de "épanoui" est très juste.
Avant Jo : il sombrait mon pépère dans une nonchalance, un "endormissement" inquiétant. Il ne faisait plus rien. Là, il revit : en plus, il a eu un coup de foudre !
Mon site sur les lapins : http://www.li-lou.blog4ever.com
Mon livre :"Lapins en liberté totale : c'est possible" vendu sur Lulu et Amazon
Nounou pour Ani-nounou
Avatar de l’utilisateur
Li-lou
 
Messages: 3933
Enregistré le: 29 Juin 2014, 07:22
Localisation: Guéret

Re: Nos lapins et nous : notre relation

Messagepar Chouxes » 09 Nov 2015, 09:35

Un grand débat s'est ouvert dis-donc. Je vous ai toutes lues.

Cela fait 18 ans que j'ai des lapins maintenant, et actuellement j'ai un couple (mon premier) qui cohabite en parfaite harmonie.

Pour moi, tout vient vraiment du caractère du lapin à la base (de sa sociabilisation avant son arrivée chez nous) et le mode de vie qu'on leur donne par la suite.

J'ai eu des lapins peureux et fuyants le contact humain, et d'autres recherchant le contact et les caresses.

Le meilleur exemple que j'ai est la lapine que j'ai en ce moment. Je l'ai adopté chez des particuliers. Elle a été habituée aux enfants, chiens et à d'autres congénères lapins (en dehors de ses parents). J'ai vu son papa qui m'a accueilli à la grille d'entrée du jardin (et quand je dit "accueillir", je l'ai vu au loin courir vers moi dès qu'il m'a vu, alors qu'il ne me connaissait même pas!) et me raccompagner à mon départ :lov5:
Je pense que ma lapine a hérité d'une bonne partie du caractère de son papa, et de son excellent mode de vie avant d'arriver chez moi.
Du coup, elle n'a peur de rien, elle est très curieuse, et recherche le contact.

Elle s'est entendu tout de suite avec mon nounours, qui a vécu pendant 3 ans seul (martyrisé par de jeunes enfants, il a toujours été peureux). J'ai essayé plusieurs approches douces avec lui, avec de la nourriture, des caresses délicates... Il est moins peureux, mais le reste tout de même. Il ne recherche pas le contact humain.
Malgré qu'ils vivent ensemble, ma lapine est toujours collée à mes pieds.
Quand je déjeune par exemple (j'ai des tabourets hauts), je peux être sûre qu'elle est juste en dessous mes pieds et elle ne bouge pas. Elle regarde tout ce que je fais. Elle n'est pas pareil avec mon copain, elle le fui et elle le mord même quand il veut la caresser :lol: !
Grâce à elle, mon gros nounours est moins peureux et vient plus facilement vers moi qu'auparavant. Néanmoins, ma présence ne lui est pas indispensable, je le vois bien. Sa compagne lui suffit amplement.

Je me retrouve donc avec une lapine qui me suit partout, et mon lapin qui suit ma lapine partout :mrgreen: . Nous formons un bon trio ! smil308
Chouxes
 
Messages: 589
Enregistré le: 13 Jan 2014, 12:26
Localisation: 91 Essonne

Re: Nos lapins et nous : notre relation

Messagepar 3lapinoux » 09 Nov 2015, 09:56

Chouxes a écrit:Un grand débat s'est ouvert dis-donc. Je vous ai toutes lues.

Cela fait 18 ans que j'ai des lapins maintenant, et actuellement j'ai un couple (mon premier) qui cohabite en parfaite harmonie.

Pour moi, tout vient vraiment du caractère du lapin à la base (de sa sociabilisation avant son arrivée chez nous) et le mode de vie qu'on leur donne par la suite.

J'ai eu des lapins peureux et fuyants le contact humain, et d'autres recherchant le contact et les caresses.

Le meilleur exemple que j'ai est la lapine que j'ai en ce moment. Je l'ai adopté chez des particuliers. Elle a été habituée aux enfants, chiens et à d'autres congénères lapins (en dehors de ses parents). J'ai vu son papa qui m'a accueilli à la grille d'entrée du jardin (et quand je dit "accueillir", je l'ai vu au loin courir vers moi dès qu'il m'a vu, alors qu'il ne me connaissait même pas!) et me raccompagner à mon départ :lov5:
Je pense que ma lapine a hérité d'une bonne partie du caractère de son papa, et de son excellent mode de vie avant d'arriver chez moi.
Du coup, elle n'a peur de rien, elle est très curieuse, et recherche le contact.

Elle s'est entendu tout de suite avec mon nounours, qui a vécu pendant 3 ans seul (martyrisé par de jeunes enfants, il a toujours été peureux). J'ai essayé plusieurs approches douces avec lui, avec de la nourriture, des caresses délicates... Il est moins peureux, mais le reste tout de même. Il ne recherche pas le contact humain.
Malgré qu'ils vivent ensemble, ma lapine est toujours collée à mes pieds.
Quand je déjeune par exemple (j'ai des tabourets hauts), je peux être sûre qu'elle est juste en dessous mes pieds et elle ne bouge pas. Elle regarde tout ce que je fais. Elle n'est pas pareil avec mon copain, elle le fui et elle le mord même quand il veut la caresser :lol: !
Grâce à elle, mon gros nounours est moins peureux et vient plus facilement vers moi qu'auparavant. Néanmoins, ma présence ne lui est pas indispensable, je le vois bien. Sa compagne lui suffit amplement.

Je me retrouve donc avec une lapine qui me suit partout, et mon lapin qui suit ma lapine partout :mrgreen: . Nous formons un bon trio ! smil308


Dans ce que tu décris de ton couple de lapin jai l'impression de voir Balou et ses compagnes. C'est un lapin peureux et il l'ai toujours un peu mais beaucoup moins car pendant les temps ou il n'y avais pas ses copines j'ai beaucoup partagé avec lui, je me suis beaucoup occupé de lui et de ce fait aujourd'hui on a une bonne relation. Mais je te rejoins sur le fait que la partie avant l'arriver chez le propriétaire est très importante et je le vois avez mes géantes qui étaient habitué à tout chez l'éleveuse ça c'est tout de suite ressenti chez moi. Elles étaient très à l aise et toute de suite proche de moi, le contact c'est fait facilement. Mais bon après il y a aussi un par de caractère sue tu ne peux pas changer. Mais c'est vrai que d'avoir un lapin très à l aise et bin ça change le lapin un peu plus en retrait mais c'est très positif pour lui et c'est un apprentissage sans le savoir.

Pour Balou d'avoir eu Javotte et Josette ça été vraiment bénéfique et beaucoup de personne de ma famille me l'on dit. Elles ont pu approcher Balou chose qu'elles ne pouvaient pas faire avant. Et aujourd'hui il a gardé ce côté un peu plus sur de lui.

La vie en couple pour un lapin est un équilibre sur tout les points mais je pense que l'humain peut apporter son aide à ça a des degrés différents.
Avatar de l’utilisateur
3lapinoux
 
Messages: 1458
Enregistré le: 03 Déc 2009, 17:36
Localisation: Haute-Savoie

Re: Nos lapins et nous : notre relation

Messagepar Chouxes » 09 Nov 2015, 10:22

Exactement 3-lapinoux !
J'ai des amis qui ont pu approcher (le temps d'une petite caresse sur la tête) mon gros nounours il y a peu, grâce à ma lapine. Avant, dès qu'il entendait une voix qui n'était pas familière, il fuyait au fond de son bac à litière et se faisait tout petit (alors que personne n'avait essayé de l'attraper ou le caresser).

Il y' a quelques années, j'ai eu une lapine (chez des particuliers) qui est née dans un terrier au fond du jardin, et qui a été "attrapée" par les humains quand elle a eu l'âge d'être adoptée (donc 2 mois). Elle n'a eu absolument aucune sociabilisation. Je ne savais pas à ce moment que c'était important, car vu que c'était un "bébé", je me disais qu'elle pourrait m'adopter facilement et s'habituer à une vie en intérieur = une vie d'animal domestique quoi...
J'ai regretté cette adoption par la suite, car ma lapine n'a jamais été heureuse et je m'en suis toujours voulue. J'ai été égoïste sur le moment (j'étais plus jeune aussi). J'ai tout tenté pour qu'elle soit proche de moi, mais elle me fuyait et grognait contre tout le monde. Les seuls moments où elle était heureuse, c'est quand je la mettais dehors dans un parc dans le jardin (je ne vous raconte pas la misère pour la rentrer le soir). Là, je voyais très bien que ma lapine était vraiment "sauvage" et ne pouvait pas vivre avec des humains. Quand j'ai dû déménager de chez mes parents, ils ne voulaient pas s'en occuper, et dans mon petit appartement, elle aurait été vraiment malheureuse. A contre-coeur, je l'avais fait adopté par une gentille dame qui avait un jardin. Je n'ai pas de nouvelles, et encore aujourd'hui quand j'y pense, je m'en veux tellement, j'ai l'impression de l'avoir abandonnée... :desole: *!pleure!*
Chouxes
 
Messages: 589
Enregistré le: 13 Jan 2014, 12:26
Localisation: 91 Essonne

Re: Nos lapins et nous : notre relation

Messagepar Li-lou » 09 Nov 2015, 10:47

Oh que non ! Tu as tout simplement su la comprendre...
Vos interventions sont passionnantes, je vous dirai plus tard ce que j'en pense quand j'aurai plus de temps... :)
*!merci!* pour ces témoignages hyper intéressants.
Mon site sur les lapins : http://www.li-lou.blog4ever.com
Mon livre :"Lapins en liberté totale : c'est possible" vendu sur Lulu et Amazon
Nounou pour Ani-nounou
Avatar de l’utilisateur
Li-lou
 
Messages: 3933
Enregistré le: 29 Juin 2014, 07:22
Localisation: Guéret

Re: Nos lapins et nous : notre relation

Messagepar toto » 09 Nov 2015, 13:14

Je ne suis pas encore tout à fait d'accord. Ce n'est pas seulement le caractère du lapin qui joue dans notre relation. Je me réfère à Charly, petit lapin que j'ai eu à 6 mois complètement traumatisé car il allait en expo et autant vous dire que les juges ne sont pas tendres dans leurs manipulations et que durant ces expos, les gens et les enfants tapent sur les cages pour faire bouger les lapins, il y a beaucoup de bruits et j'en passe. Bref arrivé à la maison, Charly avait peur de tout mais vraiment de tout. On froissait un papier et c'était la panique, pas moyen de le caresser, il était tétanisé et ne prenait aucun plaisir. Il était tellement peureux que le faire vivre en liberté ou en semi liberté était mettre sa vie en danger. Un bruit incongru, une ombre aurait déclenché une grosse panique pouvant lui faire avoir une crise cardiaque ou le faire se blesser dans sa fuite. Donc, Charly vivait dans une grande cage pour sa protection. J'ai travaillé sur l'apprivoisement, cela m'a pris, je l'avoue plus d'un an pour gagner sa confiance et puis nous avons vécu avec ce lapin des moments hors du commun. Il a repris petit à petit confiance, est devenu beaucoup mais alors beaucoup moins peureux, appréciait de plus en plus les caresses et petit à petit a pu passer de la cage au parc puis du parc à la semi liberté puis à la liberté complète. Il a gardé toutefois un côté méfiant avec les étrangers mais avec nous, c'était un amour de tendresse et d'affection.

Ce témoignage pour dire que TOUT animal peut s'apprivoiser si l'on prend la peine d'y consacrer et du temps et de la patience.
Avatar de l’utilisateur
toto
Conseiller
 
Messages: 10374
Enregistré le: 08 Nov 2009, 12:05
Localisation: Verviers / Belgique

Re: Nos lapins et nous : notre relation

Messagepar Lilith » 09 Nov 2015, 13:47

toto a écrit:A travers divers forums, j'ai pu lire aussi que des lapins s'épanouissaient curieusement au décès de leur congénères. Alors parfois, je ne puis m'empêcher de faire de l'anthropomorphisme en me disant : "ne choisit-on pas le partenaire de notre lapin(e) en fonction de nos goûts et non de celui de nos lapins". Dans la nature le lapin ou la lapine n'auraient-ils pas plus la possibilité de choisir leur garenne et de ce fait leurs compagnons de vie ou de partir créer ou choisir une autre garenne ?

En ce qui concerne le lapin "unique", je pense qu'il considère soit les humains soit les autres animaux comme leurs égaux. Personnellement, j'ai presque toujours eu des lapins uniques et jamais je n'ai pu constater un trouble du comportement ou que mes lapins aient été malheureux. Les troubles du comportement sont uniquement arrivés (pour Tommy) à la vieillesse où il était devenu un vrai pot-de-colle. Jeune, il s'épanouissait très bien avec nous sans développer un quelconque hyper attachement pareil pour mes autres lapins hormis ma petite Chloée que j'ai eu à même pas un mois et qui sur sa courte vie était tout à fait déboussolée.


A mon sens, le débat n'est pas là. Je pense comme 3lapinoux que les lapins sont des animaux qui ont BESOIN d'un congénère pour être parfaitement épanoui et heureux. Ca ne veut pas dire que les lapins seuls dont on s'occupe bien sont tous malheureux ni que tous les lapins en couple sont parfaitement heureux. Les personnes qui ici ont un lapin seul ne sont pas condamnées au bucher smil308 pas plus que les personnes qui reprennent systématiquement un congénère à leur lapins.

Mais si l"on peut trouver quelques exemples de lapins qui montrent un comportement plus détendu à la mort de leur congénère (peut-être le soulagement de la fin d'une longue maladie?), ça n'enlève pas le fait que le lapin est un animal grégaire. C'est un fait, c'est scientifique, on ne peut pas l'ignorer. Les lapins sont plus à l'aise, épanouis et heureux lorsqu'ils ont l'occasion de communiquer régulièrement avec un congénère, ils sont moins stressés. On peut aimer son lapin plus que tout, on est que des humains. On a pas de grandes oreilles qui se tournent ou se couchent, de moustaches qui frémissent, de pompom qui frétillent et ne sommes pas capables de relacher des odeurs bourrées d'hormones pour envoyer un message. Certains d'entre nous, particulièrement les hommes, peuvent faire des jets d'urine mais j'espère qu'aucun d'entre vous n'a aspergé son lapin ou son intérieur d'urine pour faire passer un message ^^
On a beau se sentir immensément proche, on ne parle pas la même langue. Une fois qu'on sait ça, on devrait dans la mesure du possible essayer de trouver un compagnon pour son lapin. Je dis "dans la mesure du possible" car je suis bien consciente qu'on ne fait pas toujours ce qu'on veut: un budget trop serré, des parents qui refusent, un lapin malade ou beaucoup trop traumatisé, beaucoup de raisons peuvent empêcher de prendre un second lapin. Beaucoup d'autres raisons peuvent amener quelqu'un à redouter de prendre un second lapin: peur de la cohab, peur que son lapin soit moins affectueux, peur de ne plus être le "premier dans son coeur" etc. Et c'est normal. Mais il ne faut pas s'arrêter là, il faut, je crois, poursuivre la réflexion et essayer d'interroger ses peurs pour les dépasser.

Et cela renvoie à un sujet plus vaste car pour avoir ce courage, il faut se poser la question de ce qu'on attend de son lapin. De la place qu'on lui donne et pourquoi? Je reviens sur ces points dans mon prochain message.
Lilith

Lilo Passe-Muraille et P'titbout suiveur complice.
Diego, chat qui se prend pour un lapin.

Toki et Eve, mon premier couple de lapins réunis au pays de l'arc-en-ciel. <3

Vous êtes sur un forum d'entraide et de partage. Pourquoi ne pas rester un peu parmi nous après avoir obtenu la réponse à votre question pour partager à votre tour votre expérience?

N'achetez pas! Adoptez!
Avatar de l’utilisateur
Lilith
Conseiller
 
Messages: 5684
Enregistré le: 18 Nov 2009, 14:55
Localisation: Montrouge (92)

Re: Nos lapins et nous : notre relation

Messagepar Lilith » 09 Nov 2015, 14:37

Merci Lilou d'avoir ouvert ce post très intéressant. J'adore ce genre de débat :)

Si je résume les différents échanges, nous avons plusieurs facteurs qui influence le comportement de nos lapins:
- Leur personnalité intrinsèque
- La sociabilisation plus jeune
- Les différentes expériences vécues dans le passé/présent (abandon, mauvais traitements, maladies, soins lourds...)
- Le temps que l'on passe avec eux, ce qu'on attend d'eux, la façon dont on communique avec eux
- Le mode de vie: liberté/cage, dedans/dehors...
- Un ou plusieurs congénères.

Je crois que je n'oublie rien?

Il me semble que c'est une liste plutôt bonne de ce qui explique les différences de comportement. A mon sens, il s'agit plutôt d'une combinaison de tout cela plutôt que d'un seul facteur et à nous tous, nous avons tous raison.

La question qui me semble importante de soulever et que nous n'avons que peu traité pour le moment c'est celui de la juste place de l'animal. Qu'attends-t-on d'eux? Que méritent-t-ils de nous? Qu'est-ce qui prime de leur intérêt ou du nôtre? Quand est-ce que la relation devient mauvaise pour l'humain et/ou l'animal et comment l'éviter, si possible?

C'est une question difficile et je la pose sur ce forum, où nous aimons tous nos animaux très forts, en sachant que le débat risque de beaucoup toucher certains d'entre nous. J'ouvre une discussion avec un esprit totalement ouvert, il n'est pas question ici de juger qui que ce soit. J'ai une opinion sur le sujet, une façon de faire mais elle m'est propre, je ne crois pas que ce soit LA bonne façon ni d'ailleurs la seule bonne façon de faire. Et je viens ici pour confronter mes idées afin d'enrichir la réflexion et le débat.

Pour ma part, je crois que prendre un animal est une responsabilité qui va au-delà de lui offrir le gite et le couvert. Un petit être vivant, qui n'a pas choisi d'être là, dépend entièrement de nous, pour tout, jusqu'à la fin. Et en prime, il ne peut pas nous dire ce dont il a besoin, c'est très compliqué. On ne peut que deviner, tatonner, s'adapter et essayer de faire de notre mieux. Et c'est déjà beaucoup.
Je trouve que l'un des intérêts d'avoir un animal, c'est aussi de nous renvoyer à notre condition d'humain ignorant, ça force à rester humble et à être très attentif à l'autre (ici l'animal) pour le comprendre vraiment.
Et cette attention constante, cette relation purement émotionnelle (pas de débat d'idées avec un lapin à priori^^) il est facile de comprendre qu'elle puisse déraper. Que l'on rejoue, comme dans nos autres relations, des choses qui nous sont propres. C'est normal. On le fait tous. Mais si nos autres relations peuvent répondre, demander, objecter voire même, partir, ce n'est pas le cas de l'animal qui dépend de nous pour tout.
Alors si ce que l'on rejoue est trop fort, trop lourd, si l'animal comble un besoin trop grand, ce n'est pas bon pour lui, ce n'est pas bon pour nous. Il faut oser le dire, ce n'est pas un gros mot, ce n'est pas non plus la fin du monde.

Je crois qu'il faut ouvrir la porte, il faut tacher de faire les choses en conscience, sans arrêt se poser la question de la raison de nos actes, il faut avoir ce courage de ne pas se laisser aveugler par des certitudes qu'on aurait etc.

Alors oui, prendre un animal, dans une certaine mesure, c'est comme faire des enfants. Il y a toujours une part d’égoïsme. Et c'est très bien, il faut aussi penser à soi, personne ne le fera pour nous, ne complexons pas. Mais attention que l’égoïsme positif, sain, ne devienne pas fardeau pour notre animal car, par ricochet, nous aussi nous en souffrirons.

DONC: quelle est pour vous la juste place de l'animal dans la famille? Qu'attendez-vous de votre animal? Que vous apporte-t-il? Avez-vous (comme Lilou) fait évoluer vos attentes pour vous adapter à votre/vos lapins?
Lilith

Lilo Passe-Muraille et P'titbout suiveur complice.
Diego, chat qui se prend pour un lapin.

Toki et Eve, mon premier couple de lapins réunis au pays de l'arc-en-ciel. <3

Vous êtes sur un forum d'entraide et de partage. Pourquoi ne pas rester un peu parmi nous après avoir obtenu la réponse à votre question pour partager à votre tour votre expérience?

N'achetez pas! Adoptez!
Avatar de l’utilisateur
Lilith
Conseiller
 
Messages: 5684
Enregistré le: 18 Nov 2009, 14:55
Localisation: Montrouge (92)

Re: Nos lapins et nous : notre relation

Messagepar 3lapinoux » 09 Nov 2015, 14:52

toto a écrit:Je ne suis pas encore tout à fait d'accord. Ce n'est pas seulement le caractère du lapin qui joue dans notre relation. Je me réfère à Charly, petit lapin que j'ai eu à 6 mois complètement traumatisé car il allait en expo et autant vous dire que les juges ne sont pas tendres dans leurs manipulations et que durant ces expos, les gens et les enfants tapent sur les cages pour faire bouger les lapins, il y a beaucoup de bruits et j'en passe. Bref arrivé à la maison, Charly avait peur de tout mais vraiment de tout. On froissait un papier et c'était la panique, pas moyen de le caresser, il était tétanisé et ne prenait aucun plaisir. Il était tellement peureux que le faire vivre en liberté ou en semi liberté était mettre sa vie en danger. Un bruit incongru, une ombre aurait déclenché une grosse panique pouvant lui faire avoir une crise cardiaque ou le faire se blesser dans sa fuite. Donc, Charly vivait dans une grande cage pour sa protection. J'ai travaillé sur l'apprivoisement, cela m'a pris, je l'avoue plus d'un an pour gagner sa confiance et puis nous avons vécu avec ce lapin des moments hors du commun. Il a repris petit à petit confiance, est devenu beaucoup mais alors beaucoup moins peureux, appréciait de plus en plus les caresses et petit à petit a pu passer de la cage au parc puis du parc à la semi liberté puis à la liberté complète. Il a gardé toutefois un côté méfiant avec les étrangers mais avec nous, c'était un amour de tendresse et d'affection.

Ce témoignage pour dire que TOUT animal peut s'apprivoiser si l'on prend la peine d'y consacrer et du temps et de la patience.



Toto on dit justement qu'il y a pas une part de caractere et une part de sociabilisation (ou non dans certain cas) avant l'adoption. On ne dit pas qu'il y a soit l'un soit l'autre.
Puis on ne dit pas qu'il est impossible d'apprivoiser un lapin sinon personne aurait un lapin chez soit. C'est ce que plusieurs personnes ont expliqué c'est qu'en portant de l'attention au lapin on peut réussir à le faire évoluer positivement mais on explique aussi qu un congénère est une aide pour le lapin en difficulté.
Avatar de l’utilisateur
3lapinoux
 
Messages: 1458
Enregistré le: 03 Déc 2009, 17:36
Localisation: Haute-Savoie

Re: Nos lapins et nous : notre relation

Messagepar 3lapinoux » 09 Nov 2015, 15:15

Lilith a écrit:Merci Lilou d'avoir ouvert ce post très intéressant. J'adore ce genre de débat :)

Si je résume les différents échanges, nous avons plusieurs facteurs qui influence le comportement de nos lapins:
- Leur personnalité intrinsèque
- La sociabilisation plus jeune
- Les différentes expériences vécues dans le passé/présent (abandon, mauvais traitements, maladies, soins lourds...)
- Le temps que l'on passe avec eux, ce qu'on attend d'eux, la façon dont on communique avec eux
- Le mode de vie: liberté/cage, dedans/dehors...
- Un ou plusieurs congénères.

Je crois que je n'oublie rien?

Il me semble que c'est une liste plutôt bonne de ce qui explique les différences de comportement. A mon sens, il s'agit plutôt d'une combinaison de tout cela plutôt que d'un seul facteur et à nous tous, nous avons tous raison.

La question qui me semble importante de soulever et que nous n'avons que peu traité pour le moment c'est celui de la juste place de l'animal. Qu'attends-t-on d'eux? Que méritent-t-ils de nous? Qu'est-ce qui prime de leur intérêt ou du nôtre? Quand est-ce que la relation devient mauvaise pour l'humain et/ou l'animal et comment l'éviter, si possible?

C'est une question difficile et je la pose sur ce forum, où nous aimons tous nos animaux très forts, en sachant que le débat risque de beaucoup toucher certains d'entre nous. J'ouvre une discussion avec un esprit totalement ouvert, il n'est pas question ici de juger qui que ce soit. J'ai une opinion sur le sujet, une façon de faire mais elle m'est propre, je ne crois pas que ce soit LA bonne façon ni d'ailleurs la seule bonne façon de faire. Et je viens ici pour confronter mes idées afin d'enrichir la réflexion et le débat.

Pour ma part, je crois que prendre un animal est une responsabilité qui va au-delà de lui offrir le gite et le couvert. Un petit être vivant, qui n'a pas choisi d'être là, dépend entièrement de nous, pour tout, jusqu'à la fin. Et en prime, il ne peut pas nous dire ce dont il a besoin, c'est très compliqué. On ne peut que deviner, tatonner, s'adapter et essayer de faire de notre mieux. Et c'est déjà beaucoup.
Je trouve que l'un des intérêts d'avoir un animal, c'est aussi de nous renvoyer à notre condition d'humain ignorant, ça force à rester humble et à être très attentif à l'autre (ici l'animal) pour le comprendre vraiment.
Et cette attention constante, cette relation purement émotionnelle (pas de débat d'idées avec un lapin à priori^^) il est facile de comprendre qu'elle puisse déraper. Que l'on rejoue, comme dans nos autres relations, des choses qui nous sont propres. C'est normal. On le fait tous. Mais si nos autres relations peuvent répondre, demander, objecter voire même, partir, ce n'est pas le cas de l'animal qui dépend de nous pour tout.
Alors si ce que l'on rejoue est trop fort, trop lourd, si l'animal comble un besoin trop grand, ce n'est pas bon pour lui, ce n'est pas bon pour nous. Il faut oser le dire, ce n'est pas un gros mot, ce n'est pas non plus la fin du monde.

Je crois qu'il faut ouvrir la porte, il faut tacher de faire les choses en conscience, sans arrêt se poser la question de la raison de nos actes, il faut avoir ce courage de ne pas se laisser aveugler par des certitudes qu'on aurait etc.

Alors oui, prendre un animal, dans une certaine mesure, c'est comme faire des enfants. Il y a toujours une part d’égoïsme. Et c'est très bien, il faut aussi penser à soi, personne ne le fera pour nous, ne complexons pas. Mais attention que l’égoïsme positif, sain, ne devienne pas fardeau pour notre animal car, par ricochet, nous aussi nous en souffrirons.

DONC: quelle est pour vous la juste place de l'animal dans la famille? Qu'attendez-vous de votre animal? Que vous apporte-t-il? Avez-vous (comme Lilou) fait évoluer vos attentes pour vous adapter à votre/vos lapins?


Pour ma part l'animal est un membre de la famille, il vit et fait beaucoup de chose avec nous. Mais je me refuse du moins j'essaye le plus possible de leur donner un rôle qui les impliques dans mes émotions personnel, je ne veut pas qu'ils en soient tributaire. Comme tu l'as dis ils ne doivent pas subir tout ça, ils ne demandent rien.
Ils doivent garder leur "naïveté" d'animaux.
Concernant leur comportement vis à vis de moi comme je l ai dis plus haut il y a une événements qui m'a fait prendre conscience que chaque animal est différent et chacun a sa personnalité et depuis je n'attend pas de mon animal d être autre chose que lui même. Je prend l'exemple de Balou avant son adoption je voulais et j'aurais aimer avoir un lapin "câlins" mais je me suis rendu conte que je n'avais pas besoin de ça mon Balou je l'aime juste en le regardant et ça me suffit de le voir évoluer avec toutes ses expressions c'est un régal.
Avatar de l’utilisateur
3lapinoux
 
Messages: 1458
Enregistré le: 03 Déc 2009, 17:36
Localisation: Haute-Savoie

Re: Nos lapins et nous : notre relation

Messagepar Chouxes » 09 Nov 2015, 15:47

3lapinoux a écrit:
toto a écrit:Je ne suis pas encore tout à fait d'accord. Ce n'est pas seulement le caractère du lapin qui joue dans notre relation. Je me réfère à Charly, petit lapin que j'ai eu à 6 mois complètement traumatisé car il allait en expo et autant vous dire que les juges ne sont pas tendres dans leurs manipulations et que durant ces expos, les gens et les enfants tapent sur les cages pour faire bouger les lapins, il y a beaucoup de bruits et j'en passe. Bref arrivé à la maison, Charly avait peur de tout mais vraiment de tout. On froissait un papier et c'était la panique, pas moyen de le caresser, il était tétanisé et ne prenait aucun plaisir. Il était tellement peureux que le faire vivre en liberté ou en semi liberté était mettre sa vie en danger. Un bruit incongru, une ombre aurait déclenché une grosse panique pouvant lui faire avoir une crise cardiaque ou le faire se blesser dans sa fuite. Donc, Charly vivait dans une grande cage pour sa protection. J'ai travaillé sur l'apprivoisement, cela m'a pris, je l'avoue plus d'un an pour gagner sa confiance et puis nous avons vécu avec ce lapin des moments hors du commun. Il a repris petit à petit confiance, est devenu beaucoup mais alors beaucoup moins peureux, appréciait de plus en plus les caresses et petit à petit a pu passer de la cage au parc puis du parc à la semi liberté puis à la liberté complète. Il a gardé toutefois un côté méfiant avec les étrangers mais avec nous, c'était un amour de tendresse et d'affection.

Ce témoignage pour dire que TOUT animal peut s'apprivoiser si l'on prend la peine d'y consacrer et du temps et de la patience.



Toto on dit justement qu'il y a pas une part de caractere et une part de sociabilisation (ou non dans certain cas) avant l'adoption. On ne dit pas qu'il y a soit l'un soit l'autre.
Puis on ne dit pas qu'il est impossible d'apprivoiser un lapin sinon personne aurait un lapin chez soit. C'est ce que plusieurs personnes ont expliqué c'est qu'en portant de l'attention au lapin on peut réussir à le faire évoluer positivement mais on explique aussi qu un congénère est une aide pour le lapin en difficulté.



Et je rajouterai tout de même que certains lapins ne veulent pas être apprivoisés... J'en ai fait l'expérience. Je suis très patiente et douce avec mes animaux, j'ai tout essayé pendant 4 longues années avec ma précédente lapine, avant de me résoudre à la faire adopter par une autre personne, qui je pensais, pouvait lui offrir la vie qu'elle souhaitait depuis le début... une vraie vie de lapin dans un jardin.

------------------------------------------
Sinon pour répondre aux questions : quelle est pour vous la juste place de l'animal dans la famille? Qu'attendez-vous de votre animal? Que vous apporte-t-il? Avez-vous (comme Lilou) fait évoluer vos attentes pour vous adapter à votre/vos lapins?

La première question est difficile... car pour moi, mes animaux ne sont pas des enfants, je les considère comme des êtres doués de sentiments comme nous humains. Ils font partie de la famille, ça c'est certain.

En faisant le choix d'adopter mes lapins, je souhaitais avoir des interactions avec eux, différentes que celles entre humains. Rien que le fait de les observer suffit à me faire sourire, car je trouve qu'ils comprennent très vite. Il ne leur manque que la parole, mais justement, ils n'ont pas besoin de cette parole. J'aime être avec eux comme pour retrouver cette part de nature simple, perdue au contact des humains (un silence, un geste, une attitude).

J'apprends grâce à eux la patience, la douceur, la légèreté, le fait de ne pas se prendre la tête. Comme quand on prend son animal contre sa poitrine, nous ne pensons à rien, juste à l'admirer et caresser son doux pelage.

J'ai fait évoluer mes attentes avec mes lapins, car j'ai compris que chaque animal avait son caractère, et la petite fille que j'étais autrefois ne souhaitais que serrer dans ses bras son lapin, a vite appris que savoir prendre soin de ce petit être passe par l'acceptation des conditions de bien être de celui-ci (par exemple, le lapin déteste être porté).

J'ai trop infantilisé mes animaux par le passé, et depuis que j'ai perdu mes 2 premiers amours, je me suis détachée de ce trop grand amour qui n'était pas bon pour moi. Et puis j'ai compris que je ne les retrouverai jamais, même en adoptant un autre animal similaire. Après ce grand travail sur moi, j'ai repris des animaux en connaissance de cause, en prenant soin d'eux du mieux que je pouvais, et en leur offrant une vie décente car après tout, c'est nous qui les choisissons, eux n'ont rien demandé.
Chouxes
 
Messages: 589
Enregistré le: 13 Jan 2014, 12:26
Localisation: 91 Essonne

Re: Nos lapins et nous : notre relation

Messagepar Li-lou » 09 Nov 2015, 17:29

Hyper intéressant tout ça...

Quelle est pour vous la juste place de l'animal dans la famille?

Chez nous, les lapins vivent complètement avec nous. Le salon-bureau est au centre de l'appartement où nous sommes les trois quarts du temps. Ils sont des membres à part entière : nous sommes 4 : 4 êtres différents et riches de nos différences.

Qu'attendez-vous de votre animal?

J'attends de lui qu'il soit présent. Je ne supporte pas un animal planqué qu'on ne voit plus. Ils sont le régal de mes yeux : les voir me suffit, et si en plus, ils me suivent dans mes occupations, c'est la cerise sur le gâteau.


Que vous apporte-t-il?

Une grande sérénité, un apaisement, une sorte de paix intérieure. Je me souviens d'une époque où j'avais des classes difficiles, j'étais éreintée nerveusement et physiquement lorsque je rentrais chez moi. Rien que de voir Li-lou et Yoshi , ça me gommait ma journée ! Je n'y pensais plus du tout.


Avez-vous (comme Lilou) fait évoluer vos attentes pour vous adapter à votre/vos lapins?

C'est vrai, j'ai beaucoup évoluée dans mes attentes. Je m'interroge toujours, car j'ai absolument tout tenté pour avoir des lapins câlins, et j'ai tout le temps échoué, mais ce qu'ils veulent bien me donner me suffit amplement aujourd'hui. Je n'ai plus envie de relation fusionnelle qui me fera souffrir le moment fatidique venu...
Aujourd'hui ce que Jo m'offre chaque soir en dansant est tout simplement magique ! Ce matin, Yoshi est monté sur mes genoux, il m'a suivi lorsque je suis allée changer les draps de notre lit. Il a horreur des caresses mais il est là, présent, il comprend tout ce qu'on lui dit, il demande qq chose et je suis là pour lui. Notre relation est unique, merveilleuse. Bref, aujourd'hui, je suis comblée.
Mon site sur les lapins : http://www.li-lou.blog4ever.com
Mon livre :"Lapins en liberté totale : c'est possible" vendu sur Lulu et Amazon
Nounou pour Ani-nounou
Avatar de l’utilisateur
Li-lou
 
Messages: 3933
Enregistré le: 29 Juin 2014, 07:22
Localisation: Guéret

Re: Nos lapins et nous : notre relation

Messagepar toto » 09 Nov 2015, 19:30

Quelle est pour vous la juste place de l'animal dans la famille?


Pour moi l'animal est un membre à part entière de la famille, notre égal. Tout sera fait pour son bien-être comme ce serait fait pour n'importe quelle personne faisant partie de ma famille.

Qu'attendez-vous de votre animal?

Rien de plus que ce qu'il me donne déjà. C'est-à-dire beaucoup de tendresse, d'amour, de fidélité. Une présence également.

Que vous apporte-t-il?

Ce que j'ai cité plus haut ainsi que tout comme Li-Lou une sérénité et une relation basée sur la confiance. Un animal ne triche jamais et j'ai besoin de me sentir aimée telle que je suis sans autre attente ce qui est le cas pour l'animal et pas forcément pour l'humain. Bref une relation différente de celle que je pourrais avoir avec un être humain quel qu'il soit.

Avez-vous (comme Lilou) fait évoluer vos attentes pour vous adapter à votre/vos lapins?


En toute honnêteté non. J'ai toujours habitué mes lapins à se faire manipuler et cela non seulement pour moi mais aussi pour eux s'ils tombaient malades, ne pas les forcer enlève déjà une grande partie de stress lors des soins. De plus, j'ai besoin de contact physique avec un animal, besoin de faire des câlins et d'en recevoir et j'ai toujours eu la chance d'avoir des lapins qui ont répondu à mes attentes.

Attention que ce n'est pas pour cela que j'ai toujours été sur le dos de mes lapins, j'adore les observer vivre leur petite vie durant des heures mais j'aime aussi lorsqu'ils viennent spontanément réclamer leurs câlins pour y prendre eux aussi du plaisir et cela surtout sans les forcer, c'est une grande satisfaction pour moi.
Avatar de l’utilisateur
toto
Conseiller
 
Messages: 10374
Enregistré le: 08 Nov 2009, 12:05
Localisation: Verviers / Belgique

PrécédenteSuivante

Retourner vers Comportement

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron